Chaque nouveau parfum nécessite un an de travail

Tous les « créateurs » savent que le chemin est long de l’idée au produit fini. Suivez le parfumeur Quentin Bisch et découvrez comment sont créés les nouveaux parfums Victorinox.

Quentin Bisch – parfumeur pour les marques Mugler, Missoni et Victorinox

Lorsqu’on regarde un flacon de parfum, il paraît si glamour, naturel et impeccable. Pourtant, la route pour y parvenir est loin d’être simple. Elle nécessite beaucoup de travail. Comme on dit, la réussite, c’est 10 % de talent et 90 % de travail. Heureusement, dans le domaine de la parfumerie, travail rime avec passion.

Nous avons rendu visite à Quentin Bisch, un parfumeur reconnu, et nous l’avons suivi tout au long des étapes de la création du Swiss Army Rock, le nouveau parfum de Victorinox. Nous voulions comprendre comment travaille un artisan parfumeur et les défis auxquels il est confronté. Effectivement, Quentin est la preuve vivante que la réussite est l’aboutissement d’une longue succession d’essais et d’erreurs, de questionnement permanent et de remise en question, de chutes pour mieux se relever.

Suivez Quentin Bisch dans la création d’un nouveau parfum, explorez les coulisses de l’industrie de la parfumerie et découvrez les qualités nécessaires pour réussir en tant que créateur.

Le briefing

Chaque parfum naît d’une vision. Dans le cas du Swiss Army Rock, l’équipe de Victorinox souhaitait un parfum qui donnerait à celui qui le porte une sensation de force, tout en lui rappelant le souvenir des montagnes, du grand air et de l’aventure. « Nous voulions un parfum qui évoquait la puissance et la force du roc. On recherchait une élégance solide », explique Angela Steiner, directrice du développement produits chez Victorinox. Pour concrétiser cette vision, son équipe a rassemblé des images de montagnes, de pierres et de rochers. Avec la description, ce briefing est ensuite transmis à Pierre Aulas, le « directeur artistique olfactif ».

Le nouveau briefing

L’une des tâches de Pierre en tant que « directeur artistique olfactif » est d’écouter ses clients, de comprendre leurs envies et d’aider à concrétiser leurs idées. C’est ce qu’il fait depuis des années pour Mugler, Azzaro, Chloé et Miu Miu, entre autres. Lorsque Pierre a rencontré l’équipe de parfumerie Victorinox et qu’il a compris leur vision, il l’a traduite en un briefing olfactif qui saura stimuler la créativité des parfumeurs. Le Swiss Army Rock est minéral, masculin, frais, très texturé, selon les termes qu’il utilise. Là où une personne lambda dirait « pardon ?! », un parfumeur imagine immédiatement des parfums.

Le parfumeur

Une fois que l’on sait ce que la nouvelle fragrance doit incarner, il faut en parler aux parfumeurs. Pierre briefe plusieurs artistes à travers le monde. Le parfum est un univers hautement subjectif, et chaque créateur interprète la tâche à sa façon. “« Beaucoup de parfumeurs de talent travaillent sur un même projet. C’est donc extrêmement rare que notre parfum se retrouve en rayon », explique Quentin Bisch. Il fait partie des nombreux parfumeurs que Pierre a contacté pour créer le parfum Swiss Army Rock.

Depuis 2011, Quentin travaille pour la prestigieuse maison de parfum suisse Givaudan à Paris. Quentin est lui-même très réputé dans le secteur. Mais le chemin a été long et sinueux : avant de se lancer dans sa carrière actuelle, il dirigeait sa propre troupe de théâtre. Il ne parvenait toutefois plus à dompter sa fascination pour le parfum, il abandonna tout pour étudier à la très réputée École de parfumerie Givaudan dans la capitale française.

Givaudan n’accepte qu’une poignée d’étudiants chaque année, au mieux. L’un des premiers exercices demandés était de savoir identifier 500 parfums à vue, enfin à nez. “« La première année, j’ai vécu comme dans une grotte. Il n’y avait que moi et les parfums », se souvient Quentin. Mais le travail a fini par payer. Diplôme en poche, il a décroché un poste chez Givaudan et a créé plusieurs parfums internationalement connus, comme Angel Muse pour Mugler et le nouveau parfum pour femme de Missoni.

La recherche

Après avoir été briefé par Pierre, Quentin commence ses recherches. « C’est un processus captivant, tout est possible », explique-t-il. « Je recherche sur Internet des mots comme “rocher” ou “montagnes suisses” et j’imprime plusieurs images. Partout où je vais, je prends des notes sur mon smartphone. » Puis la recherche s’organise et Quentin commence à analyser les informations recueillies. C’est là que la magie de la création entre en scène. Ce processus dure plusieurs jours et se conclut par un feu d’artifice final : la formule.

La formule

Après quelques jours de réflexion, Quentin crée un parfum inspiré par son idée du Swiss Army Rock. Tout se passe dans sa tête. Comme un compositeur qui entend sa propre musique, Quentin imagine sa création sans avoir à utiliser de véritables parfums. Il en déduit une liste d’ingrédients dans des mesures spécifiques. C’est ce qu’on appelle « la formule », qui ressemble fortement à une recette de cuisine. Sauf qu’au lieu de deux œufs et 200 g de farine, il faut 10 g de rose et 50 g de musc par exemple. Au cours de nombreux essais, cette formule évolue jusqu’à parvenir à l’équilibre parfait.

Le mélange

C’est au tour de Sophie, l’assistante laboratoire de Quentin, de passer à l’action. Il lui remet donc sa formule pour qu’elle prépare le parfum en laboratoire. « Il n’y a pas si longtemps, c’est moi qui faisait le travail de Sophie », se rappelle Quentin. Au départ, il avait été refusé par l’école de parfumerie parce qu’il n’avait pas de diplôme de chimie ni d’expérience dans le secteur. Il a donc commencé sa carrière en tant qu’assistant de laboratoire. Le laboratoire dispose généralement de tous les parfums avec lesquels Quentin travaille. « Sophie sait exactement ce que je recherche », dit-il en souriant.

Le premier essai

Un parfum passe par plusieurs étapes lorsqu’il est porté. La note de tête est la première impression lorsqu’on met un parfum. La note de cœur vient ajouter de la profondeur. La note de fond est celle qui va durer le plus longtemps. Le premier essai de Quentin inclut déjà ces trois notes. “« Pour le Swiss Army Rock, j’ai débuté avec de l’armoise et de la lavande. Ensemble, elles évoquent l’air pur des montagnes », explique-t-il. Le bois de cèdre et l’encens viennent créer une aura boisée.

Une fois la formule de Quentin mélangée, Sophie lui apporte le résultat. Il doit à présent travailler sur les différentes étapes pour aboutir au parfum final. “« La première formule est juste un premier jet », ajoute-t-il. “« Maintenant il faut lui donner plus de relief. »” Il utilise du cumin et de la noix de muscade pour ajouter une touche épicée au parfum. Ces ingrédients contrastent aussi avec l’armoise et la lavande pour créer une sorte de vibration.

La présentation

Plusieurs semaines ont passé depuis le briefing de Quentin pour le Swiss Army Rock. Le parfum n’est pas terminé mais est assez développé pour être présenté au client. Pierre Aulas nous remet la potion de Quentin avec de nombreux autres parfums. L’équipe de parfumerie Victorinox se rassemble alors pour évaluer tous les échantillons avec une grande attention. Pour le Swiss Army Rock, quelques parfums sont choisis et devront poursuivre leur développement. Parmi eux se trouve l’échantillon de Quentin Bisch.

Les derniers réglages

Après la première soumission, Pierre et Quentin se remettent au travail. Le parfum a maintenant pris forme mais s’ensuivent des mois d’additions et de soustractions. Par exemple, Quentin prend sa base et commence à créer plusieurs échantillons soulignant différents aspects. Il présente ensuite ces essais très semblables à Pierre. Dans l’un d’eux par exemple, il a ajouté plus d’armoise.

Quentin : “« Qu’est-ce que tu penses de celui-ci ? »”
Pierre : “« Intéressant mais trop vert. »”
Quentin : “« Il lui faut un équilibre minéral ? »”
Pierre : “« Non, quelque chose de plus profond. Un soupçon terreux. »”
Quentin : “« Oui ! Ça pourrait mettre en avant son aura et son caractère. »”
Pierre : “« Il faut essayer ! »”

Voilà à quoi ressemblent leurs conversations. Quentin et Pierre étudient ainsi différentes variantes, toujours en étroite collaboration avec Victorinox. À la fin du processus, Quentin a su capturer l’essence du Swiss Army Rock. 

La finalisation

En apportant les touches finales au parfum, l’équipe de développement de Victorinox commence à travailler sur le flacon. Le packaging est particulièrement important et prend tout autant de temps que la création du parfum en lui-même. L’équipe de développement a innové en réalisant l’emblème Cross & Shield de Victorinox dans de la pierre naturelle. Pendant ce temps, Givaudan, le créateur du parfum, commence à se procurer les ingrédients dans les quantités nécessaires. Ainsi tout sera prêt pour la grande journée de lancement.

Swiss Army Rock

Le parfum a été lancé en automne l’année dernière. Et nous sommes fiers de vous présenter le Swiss Army Rock. Ce parfum masculin mêle une note vibrante à des touches minérales, pour une fragrance à la fois moderne et complexe, évoquant l’aventure. Un simple regard sur la pierre Victorinox qui orne le flacon suffit pour comprendre – ce parfum s’adresse aux hommes pour qui l’aventure se vit au quotidien.

Description olfactive

Élégant, puissant, authentique... Rock combine avec brio toutes ces qualités. Le parfum impressionne par sa vive note épicée avec un accent minéral qui lui confère une élégance unique.

À quoi ressemble la vie d’un parfumeur, Quentin Bisch ?

Entretien avec le créateur du Swiss Army Rock

Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier ?
C’est le moment où je remets un échantillon au client. Je me souviens de la rencontre avec l’équipe Victorinox, durant laquelle une personne avait eu cette réaction spontanée « oh, ça me rappelle cette randonnée que j’ai faite enfant avec mon grand-père. »” J’adore la communication humaine qui se crée autour d’un parfum.

Qu’est ce qui vous apporte le plus de joie dans votre travail ?
C’est extrêmement difficile d’être retenu pour un projet, mais ça fait partie du jeu. C’est tellement rare d’y parvenir, mais quand on y arrive, c’est génial.

Quel est l’aspect le plus difficile de votre travail ?
L’aspect le plus difficile de mon travail est de comprendre ce que veulent mes clients. Une fois que j’ai compris leur vision, je peux la traduire en parfum. Mais comprendre ce que veut vraiment un client, c’est extrêmement compliqué. C’est pourquoi beaucoup de créations n’aboutissent pas et nous devons toujours réessayer.

Quelles sont les qualités d’un bon parfumeur ?
Il faut être curieux et vouloir toujours apprendre. Il faut être très ouvert et savoir s’adapter à de nouvelles situations. La plupart du temps, le briefing change pendant que vous êtes en train de travailler sur un parfum. Par exemple, pendant le processus, le client décide que « ah non, il ne doit pas être frais, il doit être chaleureux. »” Alors vous devez adapter votre formule et réinventer le parfum. Bien sûr il faut aussi être persévérant. Vous perdrez beaucoup de projets sur lesquels vous avez travaillé, mais il ne faut rien lâcher.

Comment faites-vous pour apprendre par cœur autant de parfums ?
J’ai passé six mois tout seul à étudier tous les parfums. Je les ai associés à des images, des histoires ou encore des sensations qui me viendraient à l’esprit pour m’en souvenir. Par exemple, un parfum évoque la verdure et la rosée, ou je l’associe au jardin de ma grand-mère.

Y a-t-il un « style » Quentin Bisch ?
J’utilise une certaine gamme d’ingrédients que je comprends bien. Je dirais donc que j’ai ma propre palette. Mais parler de « style » ? Je n’analyse pas les choses de façon consciente parce que j’ai besoin de préserver ma spontanéité. La parfumerie est un art très émotionnel qui doit rester spontané.

Pouvez-vous sentir si un parfum est de bonne ou de mauvaise qualité ?
Si deux parfums ont été élaborés avec la même formule mais que l’un utilise des ingrédients de meilleure qualité, je pourrais sentir la différence. La qualité est importante car elle permet aux matières premières de rayonner. Le parfum n’en sera que plus beau et subtil.

Comment choisir un parfum qui me convienne ?
Il faut essayer plusieurs parfums, suivre son instinct et faire confiance à son intuition. Portez-le une journée et vous verrez si vous l’aimez.

Quel parfum portez-vous ?
Malheureusement je n’en porte plus. Je me sers de mes propres essais le weekend pour les tester. Au travail, je ne peux pas porter de parfum, sinon je serais induit en erreur. C’est un plaisir que je retrouverai à la retraite. Mais en attendant, j’espère qu’il y aura encore beaucoup d’autres projets palpitants à réaliser.

Découvrez les parfums de Quentin pour Victorinox

Primé

Eau de Toilette Swiss Army Rock

100 ml
CAD 65,00
Primé

Eau de Toilette Victorinox Ella

75 ml
CAD 72,00

Tout ce qu’il vous faut savoir sur nos parfums

Inspiration et aventures
Qualité et fonctionnalités
Aperçu des vidéos
L’univers des parfums